KO KUT

Le calme de l’ile se prête à la lecture.

Sur «notre » plage quasiment privée, nous y sommes presque seuls, le journal de Matthieu Galley, décédé en 84 de la sale maladie, est un vrai bonheur. Ses rencontres avec quasiment tous les littérateurs sont passionnantes.

Les passages trop crus ont malheureusement été censuré par sa famille. Reste que ce pavé de 900 pages est à la même hauteur que les journaux de Gide et de Green.

Une ile douce, Quel bonheur....

AC433921-94AC-4104-AAF7-9A746A01C21E